Flux RSS

Sobibor, Jean Molla

Publié le

Résumé :

Je l’ai fait pour qu’on m’arrête», répond Emma après avoir volé des biscuits dans un supermarché. Que se cache-t-il derrière ses mots, sa maigreur extrême, sa beauté douloureuse ? Quelle est l’origine de son anorexie : l’indifférence de ses parents, le silence, les mensonges savamment entretenus ? Emma veut savoir. Emma veut comprendre. La découverte d’un vieux cahier fera bientôt surgir du passé d’épouvantables secrets.

Mon avis :

« Aujourd’hui, j’ai vomi pour la dernière fois. » C’est la première et dernière phrase du roman prononcée par Emma, 17 ans, qui passe de l’anorexie à la boulimie, en deuil après la mort de sa grand-mère. Cette jeune fille se sent seule et trouve du réconfort lorsqu’elle est avec ses grands parents. Pour elle, ses parents sont des étrangers qui ne la comprennent pas. Tout son univers va basculer lorsqu’elle entend sa grand-mère prononcer dans son sommeil, quelques semaines avant sa mort, des noms inconnus d’Emma : un certain Jacques, Éva Hirschbaum ou encore Sobibor. Personne ne voudra lui donner d’explications. Elle va finir par peu à peu s’éloigner et s’isoler. Après le décès de sa grand-mère, Emma sombre, entre anorexie et boulimie, hantée par ces secrets qu’elle ne découvrira probablement jamais. Mais la découverte du journal intime de Jacques va bouleverser son existence à jamais. L’auteur fait une analepse au début du roman pour arriver à la découverte de ce journal. On y découvre une jeune fille mal dans sa peau qui se voit périr sans réagir. Puis on va suivre la lecture du journal qui fait un parallèle entre la femme qu’est devenu Emma et la femme relatée dans le journal, sa grand-mère en 1942. Ce journal est à la fois la cachette de tous les secrets de cette famille mais également le témoignage des gardes de camps qui ont participé à plus de 250 000 exécutions pour  » obéir  » aux ordres. Une fois qu’elle sait, Emma va tout faire pour se libérer de ce poids qui pèse sur ses épaules même si cela signifie faire des sacrifices au sein de sa propre famille. C’est vraiment un excellent roman qui nous amène à nous questionner sur les horreurs de cette guerre et sur la souffrance qu’endure Emma à travers l’anorexie qu’elle ne reconnaît pas. Le combat d’une vie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s