Flux RSS

Le portrait de Dorian Gray, Oscar Wilde

Résumé :

Dorian Gray, jeune dandy séducteur et mondain, a fait ce vœu insensé : garder toujours l’éclat de sa beauté, tandis que le visage peint sur la toile assumerait le fardeau de ses passions et de ses péchés. Et de fait, seul vieillit le portrait où se peint l’âme noire de Dorian qui, bien plus tard, dira au peintre : « Chacun de nous porte en soi le ciel et l’enfer. »

Mon avis :

Oscar Wilde. J’avais déjà entendu ou lu ce nom sans jamais m’être renseignée sur ses oeuvres alors quand je suis tombée sur DG, j’ai tenté l’expérience. Et je suis loin de le regretter ! Tout d’abord parce que j’adore l’époque pendant laquelle se déroule l’histoire. J’aurai adoré vivre  en ce temps. Du coup, le contexte ne pouvait que me plaire. Mais c’est à l’histoire en elle même que je dois cette magnifique lecture.

Dorian Gray est beau, jeune et le sait. Alors qu’un de ses amis peintre réalise son portrait, émerveillé par sa propre beauté il va souhaiter voir vieillir le tableau plutôt que lui. Et c’est ce qui va se passer. C’est un personnage très original, j’ai rarement lu des romans avec une personnalité semblable. Il est égoïste, indécis et si cruel. Le personnage n’est pas appréciable,  mais j’ai particulièrement aimé la façon dont l’auteur décrit sa descente aux enfers. Et il y a Lord Henry. Le tentateur. C’est lui qui va entraîner Dorian dans une sorte de machine infernale aux milieux des vices. Détestable lui aussi mais j’ai apprécié ce personnage.

Parce que, oui, DG reste peut être beau et jeune, mais dans sa tête, il est tout le contraire. Son tableau vieillit à sa place et en le cachant à l’abri des regards, DG peut vivre sa vie sans aucun obstacle. Entre débauche, perversion et cruauté, DG devient alors un monstre. Entre l’époque et cette descente aux enfers, l’atmosphère est oppressante même malsaine par moment mais c’est parfaitement amené par l’auteur !

Un style parfait ! Un classique qui se lit très facilement et qui s’est révélé très puissant. Je ne suis pas trop fantastique mais bizarrement j’ai adoré cette histoire. Lord Henry, Dorian Gray ou Basil représente le Bien ( Basil ) et le mal ( Lord Henry ), Dorian vacille d’un coté de l’autre pour finalement plonger. Bref, un excellent classique que je suis très contente d’avoir découvert. C’est une lecture commune faite avec Antonine, de Kindsofbooks ainsi qu’avec Anne-Sophie, de lesmondeslivres. Vous pouvez retrouver leurs avis ci dessous. Mais faites vous le votre, ce roman vaut la peine d’être lu !

Lesmondeslivres : http://nekoannesoworld.wordpress.com/2012/11/04/le-portrait-de-dorian-gray/
Kindsofbooks : Lien à venir.

Publicités

Confusion, Cat Clarke

Résumé :

Grace, 17 ans se réveille enfermée dans une mystérieuse pièce sans fenêtres, avec une table, des stylos et des feuilles vierges. Pourquoi est-elle là ? Et quel est ce beau jeune homme qui la retient prisonnière ? Elle n’en a aucune idée. Mais à mesure qu’elle couche sur papier les méandres de sa vie, Grace est frappée de plein fouet par les vagues de souvenir enfouis au plus profond d’elle-même. Il y a cet amour sans espoir qu’elle voue à Nat, et la lente dégradation de sa relation avec sa meilleure amie Sal. Mais Grace le sent, quelque chose manque encore. Quelque chose qu’elle se cache.

Mon avis :

Dès que j’en ai entendu parlé, j’ai immédiatement eu envie de le lire ! La couverture, le résumé, tout m’intriguait terriblement ! Alors lorsque je suis tombée dessus, je n’ai pas hésité et ai commencé directement cette lecture. Commencé et été aspirée par cette histoire si simple mais originale. Grace, alors qu’elle « partait » pour se donner la mort, rencontre Ethan et de fil en aiguille, elle se réveille prise au piège dans une étrange pièce blanche avec Ethan en ravisseur. Grace est complètement au début et ne comprend rien à ce qui lui arrive et nous non plus ! J’ai adoré être plongée dans le mystère dès le début !

Grace m’est de suite apparu comme un personnage attachant et touchant. En perpétuels conflits avec sa mère, souffrant encore du suicide de son père, elle ne trouve du réconfort qu’en la personne de Sal, sa meilleure amie et Nat, son petit-amie. Autant, j’ai été touchée par Grace autant j’ai haï les deux autres personnages. J’ai trouvé Sal très cruelle avec Grace et très hautaine  Nat, lui, m’a horripilé et je ne croyais pas à sa sincérité. Mais en réalité, le fait de ne pas avoir aimé ces personnages m’a permis d’apprécier encore plus celui de Grace. Vient également le personnage d’Ethan. On ne sait rien de lui, il évite les questions et j’ai apprécié cette part de mystère. On cherche à savoir qui il est, et malheureusement j’ai deviné bien avant la « révélation » qui il était.

Même si en soi, les personnages ne m’ont pas conquis, ils étaient pour une fois familier. On se reconnaît en chacun des personnages car ils leur arrivent des choses plausibles (enfin !). Concernant l’histoire, on alterne entre le présent, c’est- à-dire le quotidien de Grace dans sa « prison » ainsi que ses souvenirs qu’elle couche par écrit où prennent place Nat, Sal et Devon, frère de Nat. J’aime beaucoup lorsqu’une histoire ne cesse de faire des va-et viens dans l’histoire donc sur ce point j’ai été amplement satisfaite. Reste la fin, on m’avait prévenu que la chute était magnifique et incroyable. Du coup, j’avais mes hypothèses quant à la véritable identité d’Ethan et du coup je me suis imaginé une fin moi aussi. Mais à mesure que les dernières pages se tournent, j’ai réalisé que non, la fin était simplement celle que j’avais deviné depuis le début. Toutes mes supers hypothèses, certes pas toutes réalisables tombaient à l’eau.

En conclusion, c’est une très bonne lecture parce que je dois avouer qu’il a été difficile de poser le livre. A chaque fois, je repensais aux personnages en essayant d’imaginer la suite. Je dois également souligné le côté bouleversant de cette histoire ! Grace est vraiment un incroyable personnage mais, je garde une petite amertume en bouche parce que j’avais deviné la fin beaucoup trop tôt.

Un très bon roman que je vous recommande néanmoins !

 

Une place à prendre, J.K Rowling

Résumé :

Bienvenue à Pagford, petite bourgade anglaise paisible et charmante : ses maisons cossues, son ancienne abbaye, sa place de marché pittoresque… et son lourd fardeau de secrets. Car derrière cette façade idyllique, Pagford est en proie aux tourmentes les plus violentes, et les conflits font rage sur tous les fronts, à la faveur de la mort soudaine de son plus éminent notable.
Entre nantis et pauvres, enfants et parents, maris et femmes, ce sont des années de rancunes, de rancœurs, de haines et de mensonges, jusqu’alors soigneusement dissimulés, qui vont éclater au grand jour et, à l’occasion d’une élection municipale en apparence anodine, faire basculer Pagford dans la tragédie.

Mon avis :

Avec toute la publicité et médiatisation qu’a reçu ce roman, je voulais absolument le lire pour me forger mon propre avis et pour pouvoir retrouver le temps d’une centaine de pages l’écriture de notre cher J.K Rowling. Nous sommes nombreux à mon avis à beaucoup attendre de cette lecture et du coup j’ai essayé de faire abstraction du fait que c’était bien J.K Rowling qui écrivait et j’ai essayé d’oublier tout les à priori que je pouvais faire en faisant des parallèles avec Harry Potter.

Dès le début, on est plongé dans la bourgade de Pagford qui recèle de personnalités contraires et intrigantes. Mais j’ai du m’accrocher pour ne pas perdre le fil avec tous ces personnages. J’étais un peu perdue entre les différentes familles, les surnoms de chacun et les relations qu’ils entretenaient. Mais une fois que mon cerveau avait compris ce qui les réunissait, l’histoire est devenu encore plus intrigante  L’intrigue est révélée dans le résumé : la mort de Barry Fairbrother, le notable de Pagford et elle se résume à ce point. Mais du coup, on peut rentrer beaucoup plus en profondeur dans les intentions et volontés des personnages concernant « cette place à prendre ».

L’auteur a su exploiter la richesse de ses protagonistes en décrivant précisant leurs passés, leurs espoirs ou leurs désillusions. Certes, il y a en beaucoup mais ils sont complémentaires et s’associent parfaitement avec l’histoire plutôt simpliste. Certains sortent évidement du lot et m’ont particulièrement plu comme par exemple Sukhvinder, une jeune adolescente très touchante, Krystal, pour sa force malgré tous les obstacles qui se dressent sur son chemin ou même Gavin qui cherche à sortir d’une situation inconfortable. On les voit tous avancer, se rencontrer et aussi se déchirer parce que dans une petite bourgade comme Pagford, difficile d’imaginer le nombre de péripéties que vont vivre ces personnages et pourtant c’est si réaliste …

Je suis vraiment époustouflée par la morale cachée derrière les lignes de ce roman. Ici, oubliez l’univers magique d’Harry Potter, parce que c’est un cadre plus pesant qui nous est décrit ici. J’ai beaucoup apprécié découvrir en chaque personne une faille où s’accumulaient tous les malheurs et souffrances du quotidien. Mais je pense que c’est ce qui m’a plu, ce coté si terre à terre. Les faits fictifs de cette histoire sont si intemporels et universels qu’on arrive à retrouver forcément des détails familiers. Certes, les 680 pages peuvent effrayer mais une fois dedans, il m’a été difficile d’en sortir surtout en approchant de la fin qui est à la hauteur de ce roman. J.K a réussit à m’amener dans une univers totalement différent d’Harry Potter mais m’a autant séduite par ce roman puissant et si captivant ! Un livre que je vous conseille chaudement ! Un jolie 19/20 !

Lu grâce au Match de la rentrée littéraire organisé sur PriceMinister. Merci à eux.
Lien vers la fiche du roman : http://www.priceminister.com/offer/buy/171949684/une-place-a-prendre-parution-le-28-09-2012-de-j-k-rowling.html

PAL Cold Winter

Où est-ce que ça se passe ?

On se rend chez Antonine du blog Kindsofbooks, on laisse un petit commentaire pour l’inscription et après vous avez quartier libre pour vous créer votre Pile A lire Cold Winter :)  Un petit message à chaque fois qu’un livre est fini, chacun lit à son rythme et l’affaire est bouclée !

Quels livres j’ai choisi pour ma PAL ?

  •  Le cirque des rêves, Erin Morgensten
  •  Confusion, Cat Clarke
  •  J’ai failli de dire je t’aime, Fredericco Moccia
  •  La petite marchande de rêve, Maxence Fermine
  •  Purge, Sofi Oksanen
  •  Une place à prendre, J.K Rowling
  •  Le portrait de Dorian Gray, Oscar Wilde
  • Ten de Gretchen McNeil
  • Speechless de Hannah Harrington

19 lunes, Kami Garcia et Margaret Stohl

Résumé :

Est-ce que la mort est la fin… ou seulement le commencement ?

Ethan Wate a passé la majorité de sa vie à essayer de s’échapper de sa petite ville de Gatlin. Il n’a jamais pensé qu’il pourrait rencontrer la fille de ses rêves, Lena Duchannes, qui a dévoilé une facette secrète, puissante et maudite de Gatlin, cachée à la vue de tous. Et il n’aurait jamais imaginé qu’il aurait été forcé de laisser derrière lui tout le monde et tout ce qui comptait pour lui. Donc quand Ethan se réveille après les évènements glaçants de la 18ème Lune, il n’a qu’un but : trouver un moyen de retourner vers Lena et ceux qu’il aime.

A Gatlin, Lena fait de son mieux pour permettre le retour d’Ethan, promettant de faire tout ce qu’il faut, même si ça signifie faire confiance à de vieux ennemis ou risquer les vies de la famille et des amis qu’Ethan a laissés pour protection.

Mon avis : ( risques de spoilers … )

What an amazing surprise ?! J’aime bien utiliser cette phrase pour décrire ce roman parce que mon avis risque d’être un peu n’importe quoi. Je m’explique : je suis totalement déchirée entre le fait que ce tome soit le dernier de cette incroyable saga que je suis depuis plus de trois ans mais d’un autre côté je reste avec un léger gout d’amertume et de déception après la lecture de ce dernier tome. Lorsque je me suis remémorée la fin du troisième, j’étais super excitée de savoir la suite et comment les auteures allaient nous faire découvrir cet Ethan là.

Pas la peine de revenir sur les personnages ? Ils sont toujours aussi attachants même si Ethan m’a parfois un peu agacé. Cela n’a en rien changé mon opinion sur le couple Lena & Ethan. Ils sont vraiment trop mignons ensemble. J’ai beaucoup aimé retrouver tous les autres personnages qui me plaisent tant. Link est son humour si extra, Macon & Amma toujours aussi classes. Certes, il y en a beaucoup mais, Kami et Margaret ont le talent de toujours nous apprendre de nouvelles choses, je pense en particulier à un personnage qui m’a ému alors que je n’aurais jamais pensé pouvoir être touchée par elle.

Mais au niveau de l’histoire proprement dit, j’ai été un peu déçue. Evidemment que je me doutais qu’on allait revoir Ethan et qu’il ne pouvait pas disparaître mais, pourquoi tant de diversions inutiles ? Du coup, le début m’a paru trèèèèèèès long. Puis grande innovation, on a pu découvrir le point de vue de Lena pendant plus de 100 pages. C’était super agréable de comprendre un peu plus ce qui se passait dans sa tête.

En conclusion, je suis profondément déprimée d’avoir fini cette saga magique et incroyable que je vais avoir du mal à oublier ! Et je pense que souvent, une petite relecture passera comme une lettre à la poste. Cependant, peut être que j’aurais préféré qu’il n’y que trois tomes et finir sur un drame (oui je ne suis pas partisante des happy-ends) mais en même temps comment refuser de partager l’univers magique des enchanteurs de Gatlin ? Je ne finis pas cette saga sur un coup de coeur mais, je la termine quand même avec pleins de magie et toujours aussi fan de la plume de deux incroyables auteures. Si vous n’avez pas lu cette saga, que dis-je, vous devez LIRE cette saga ! Et pour moi, c’est fini …

La sélection, Kiera Cass

Résumé :

35 candidates. 1 couronne. La compétition de leur vie.
Quand la dystopie rencontre le conte de fées !
Dans un futur proche, les États-Unis et leur dette colossale ont été rachetés par la Chine. Des ruines est née Illeá, une petite monarchie repliée sur elle-même et régie par un système de castes. Face à la misère, des rebelles menacent la famille royale. Un jeu de télé-réalité pourrait bien changer la donne…
Pour trente-cinq jeunes filles du royaume d’Illeá, la « Sélection » s’annonce comme l’opportunité de leur vie. L’unique chance pour elles de troquer un destin misérable contre une vie de paillettes. L’unique occasion d’habiter dans un palais et de conquérir le cœur du jeune Prince Maxon, l’héritier du trône. Mais pour America Singer, qui a été inscrite d’office à ce jeu par sa mère, être sélectionnée relève plutôt du cauchemar. Cela signifie renoncer à son amour interdit avec Aspen, un soldat de la caste inférieure ; quitter sa famille et entrer dans une compétition sans merci pour une couronne qu’elle ne désire pas ; et vivre dans un palais, cible de constantes attaques de rebelles…
Puis America rencontre enfin le Prince. En chair et en os. Et tous les plans qu’elle avait échafaudés s’en trouvent bouleversés : l’existence dont elle rêvait avec Aspen supportera-t-elle la comparaison face à cet avenir qu’elle n’aurait jamais osé imaginer ?

Mon avis :

Un résumé qui promettait une histoire de princesses avec des belles robes et des couronnes ne pouvait que me tenter. Une élection capable de bouleverser le destin d’une jeune fille en promettant un mariage avec le prince d’Illéa. Je ne sais pas pourquoi j’ai attendu de le lire parce que pour l’instant, la collection R ne fait que me plaire !

On rencontre America, qui m’a plu mais qui relève encore une fois de plus de l’héroïne cliché de la YA d’aujourd’hui. Spéciale, ne répondant pas aux critères exacts de la Sélection et toujours ce côté un peu rebelle  » moi je ne veux pas y aller « . De plus, dès le début, on nous explique sa relation avec Aspen qui lui, part contre, m’a totalement déplu. Irrespectueux, je n’ai pas cru en leur histoire et ai seulement pu relever le caractère naïf d’America.

Mais une fois que l’intrigue est installée et qu’on est figé dans le coeur de La Sélection, dans le palais royal, mon avis s’est vite modifié. Je suis tombée sous le charme du prince Maxon qui a réussi à me faire apprécier America à travers son regard sur elle bien qu’au début c’était très mal parti ! Ok, elle ne voulait pas faire cette télé réalité mais un minimum de tenue aurait été bienvenue dans le palais selon moi. Mais finalement, c’est un personnage totalement différent qui apparaît une fois qu’elle se retrouve seule mais soutenue par le prince Maxon.

J’ai été un peu déçue de l’écriture trop simple qui fait que l’on devine aisément la suite de l’histoire sauf la fin ! J’aurais vraiment aimé savoir qui allait remporter la sélection et quel avenir était présagé pour la relation Maxon et America. Ça ne peut pas se terminer comme ça ! Du coup, je suis super impatiente de lire la suite parce que malgré de nombreux points qui m’ont déçue je ne peux pas nier l’attraction exercée par le roman ! Impossible de le lâcher et j’ai été obligée de tourner les pages afin de savoir le dénouement crucial qui finalement n’arrivera que dans le tome 2 ! C’est donc une lecture très divertissante et agréable que malgré quelques faiblesses, je vous conseille.

La petite fille de Mr Linh, Philippe Claudel

Résumé :

« C’est un vieil homme debout à l’arrière d’un bateau. Il serre dans ses bras une valise légère et un nouveau-né, plus léger encore que la valise. Le vieil homme se nomme Monsieur Linh. Il est seul à savoir qu’il s’appelle ainsi car tous ceux qui le savaient sont morts autour de lui. »
Il n’a pu emporter avec lui, outre la petite fille de six semaines, que quelques vêtements usagés, une photographie que la lumière du soleil a presque entièrement effacée et un sac de toile dans lequel il a glissé une poignée de terre. Les parents de l’enfant étaient les enfants de Monsieur Linh, morts dans la guerre qui fait rage depuis des années dans son pays. Le voyage dure longtemps. Le pays où il arrive est étrange et étranger. Pour celui à qui la mort à tout pris, qui n’est plus rien, qui se trouve à des milliers de kilomètres d’un village qui n’existe plus, seule compte la survie de l’enfant. Un jour où il consent à vaincre ses réticences et à sortir du dortoir pour réfugiés où il a été placé, il fait la rencontre de Monsieur Bark, un homme aux mains de géant avec qui il noue une solide amitié. Malgré la barrière de la langue, leurs rencontres quotidiennes sont pour le vieil homme comme un retour à la liberté. Jusqu’au moment où il est rattrapé par la réalité…

Mon avis :

Quel dommage que ce roman soit aussi court ! L’histoire est très simple et tout est mis en place dès le résumé. Mais en une centaine de pages, Philippe Claudel arrive à nous a émouvoir et à nous toucher avec une écriture aussi subtile et poétique que simple.

Mr Linh est le seul narrateur. Et l’histoire se base uniquement sur ces gestes, réactions et surtout ses pensées. Un personnage touchant dès les premières lignes de part son contexte : l’exil pour fuir son pays qui est en guerre et pays où ses enfants, femmes et amis sont morts. C’est un personnage très triste et l’histoire est ainsi très « pessimiste ». Il le dit clairement  » sa seule raison de continuer de se battre est sa petite fille qu’il a sauvé des horreurs de la guerre ».

Que demande de plus ? Une intrigue qui n’en est pas une, les mots poétiques glissent et défilent devant nos yeux à mesure que les pages se tournent et un personnage qui, en s’occupant comme il peut de sa petite fille, nous bouleverse. Mais ce n’est pas tout, car ce roman est également une très grande histoire d’amitié entre deux hommes qui ne peuvent même pas dialoguer. C’est vraiment touchant de voir cette amitié se former entre Mr Bark et Mr Linh.

Je conclurais en vous conseillant ce roman extraordinaire qui malgré son nombre de pages se révèle extrêmement puissant et inoubliable. J’en avais surtout entendu parler pour sa chute et en effet, tout est si bien mené au long de l’histoire que j’ai été bouleversée et stupéfaite de la fin mais pour ça, il faudra le lire pour la connaître ! 162 pages poétiques de bonheur !